Programmation
« Retour

Une équipe de l'ISMER s'intéresse aux courants du site Old Harry

Les connaissances scientifiques sur les courants marins du Golfe Saint-Laurent sont actuellement insuffisantes pour permettre une modélisation crédible d'un éventuel déversement pétrolier.
C'est ce que conclut une équipe de l'Institut des sciences de la mer de l'Université du Québec à Rimouski, suite à l'analyse de la modélisation d'un déversement pétrolier soumise par Corridor Resources, dans le cadre de son étude d'impact environnemental du projet de forage exploratoire de la structure Old Harry.
L'UQAR-ISMER en fera la présentation lundi, à Québec, à l'occasion du congrès annuel de l'ACFAS, l'Association francophone pour le savoir.
Il en ressort notamment que la proposition du groupe de prospecteurs pétroliers de Halifax est peu crédible, d'expliquer Frédéric Cyr, étudiant au doctorat en océanographie physique.
Par exemple, sa simulation numérique du pire scénario possible s'étend sur un mois, par périodes de six heures, mais elle omet de faire la somme de ces périodes de fuite d'hydrocarbure, afin d'en analyser la dispersion complète:

L'équipe de Frédéric Cyr, chapeautée par son directeur de thèse Daniel Bourgault, va jusqu'à se déclarer elle-même incapable de développer un modèle fiable pouvant simuler le parcours d'un déversement pétrolier majeur dans le Golfe Saint-Laurent, parce qu'elle n'en connaît pas les courants:

Cela fait dire à l'océanographe physicien originaire des Îles-de-la-Madeleine que le rapport de Génivar, sur l'évaluation environnementale stratégique sur la mise en valeur des hydrocarbures du Golfe sera lui-même incomplet.
Ce rapport final de l'ÉES sera déposé d'ici deux à trois semaines auprès du ministère des Ressources naturelles du Québec.

2013-05-03

  

 

Portland hôte de la 11e édition de la Conférence internationale sur la biologie et la gestion du hom

Résultats de recherche d'images pour « portland lobster »

Photo : www.visitportland.com/portland-lobster-company-vd1-c0264.aspx

C’est la ville de Portland, dans le Maine, aux États-Unis, qui accueillera la onzième édition de la Conférence internationale sur la biologie et la gestion du homard.
Les changements environnementaux ayant une incidence sur l'industrie du homard ainsi que la mondialisation de celle-ci seront notamment abordés.
Plus de deux cents biologistes, océanographes, professionnels et gestionnaires des pêches se rencontreront du 4 au 9 juin, dans un hôtel de Portland.
Plus de 146 millions de livres de homard ont été capturées aux États-Unis, en 2015, dont environ 122 millions de livres dans les eaux du Maine.
 

2017-02-24