Programmation

Archives nouvelles CFIM

(Lister les nouvelles)

 

 

Vente du chantier naval Léo Leblanc et Fils

L’entreprise Léo Leblanc et Fils se retire de la construction navale après 50 ans d’expertise.
Ses co-propriétaires, Suzanne et Camil Leblanc, ont décidé de vendre l’immeuble de leur chantier maritime et son terrain du port de Cap-aux-Meules à Soudure Techn’Îles.
M. Leblanc, qui aura 65 ans l’an prochain, explique qu’il veut ralentir la cadence, tout en continuant d’exploiter son magasin d’agrès de pêche et de navigation :

De son côté, Soudure Techn’Îles a doublé son nombre d’employés permanents, passé de 10 à 20 depuis son démarrage il y a cinq ans, au fil de la multiplication de ses contrats avec Hydro-Québec, Mines Seleine, la CTMA et Pêches et Océans Canada, entre autres.
Ses co-propriétaires, Daniel Bourque et Pierre-Olivier Thériault, expliquent qu’ils manquent d’espace dans leur atelier de Lavernière, pour mener de front plusieurs projets à la fois.
Leur équipe passe d’ailleurs à une trentaine de personnes en période de pointe :

Soudure Techn’Îles prévoit compléter son déménagement dans ses nouvelles installations du port de Cap-aux-Meules d’ici l’été.
Léo Leblanc et Fils vise à relocaliser son magasin dans le local actuellement occupé par Jadex, sur la rue Principale de Cap-aux-Meules.
Pour sa part, Jadex planifie emménager dans l’édifice de l’ancienne Rôtisserie Saint-Hubert au mois de mars; un bâtiment qui appartient à l’homme d’affaires Dany Leblanc, depuis l’an dernier.

2015-01-27

Bar à homard en Corée du Sud!

La chute du prix du homard aux États-Unis a des échos jusqu’en Corée du Sud.
Autrefois un aliment réservé à la fine cuisine, le crustacé se démocratise et gagne en popularité.
C’est que les fournisseurs américains offrent des prix plus bas afin d’écouler les stocks, la demande locale ayant diminuée depuis le ralentissement de l’économie américaine, selon l’Office du commerce des États-Unis à Séoul.
Ainsi, l’industrie de la restauration multiplie les établissements qui mettent le crustacé en vedette, certains offrant même la formule « bar à homard ».
Selon le copropriétaire d’un restaurant du genre à Séoul, Paul Jung, plusieurs Coréens du Sud goûtent le homard pour la première fois.
Il ajoute qu’il a dû relocaliser son entreprise dans un local plus spacieux six mois après son ouverture et que d’autres lui ont rapidement emboîté le pas.
Son établissement écoule en moyenne 300 homards par semaine.
Depuis 2009, les importations de la Corée du Sud ont connu une hausse de 357 pour cent et ont atteint une valeur de 74 millions de dollars en 2014.
57 pour cent des crustacés provenaient des États-Unis.
 

2015-01-27

Des orientations budgétaires qui provoquent

Le discours sur les orientations budgétaires de la Municipalité des Îles insulte ses employés syndiqués.
Par le biais de ce discours prononcé la semaine dernière, le maire Jonathan Lapierre les appelle à la maturité pour la négociation de leur convention collective, tout en annonçant le gel des salaires des élus et des employés cadres.
Pour le président du syndicat des employés municipaux affilié à la CSN, Alain Chevarie, c’est de la provocation :

De plus, le syndicat des employés de la Municipalité des Îles réagit mal à l’intention annoncée de privatiser les services de collecte des ordures des institutions, commerces et industries.
C’est que ces services sont encadrés par leur convention collective, d’expliquer le conseiller syndical de la CSN, Robert Mercier :

Robert Mercier reproche à la Municipalité des Îles de chercher à négocier avec ses employés syndiqués sur la place publique.
Alain Chevarie conclut que le climat est pour le moins tendu à la veille du début des discussions pour le renouvellement de la convention collective de ses 125 membres, échue depuis le 31 décembre.

2015-01-27

Projet d'aquisition du phare de Brion

 

Un groupe de jeunes adultes madelinots est en démarche afin d’acquérir le phare de l’île Brion.
Sans aspirer à en développer le potentiel touristique, il vise principalement à le restaurer et à l’entretenir, tout comme ses dépendances, d’expliquer l’instigateur du projet, Guillaume Chevrier-Turbide :

Le groupe est composé de sept personnes, en majorité des descendants de deux familles, les Chevrier et les Langford, liées par un intérêt commun pour le patrimoine des Îles.
De plus, dans chaque clan, des ancêtres ont travaillé à l’Île Brion.
Catherine Chevrier-Turbide indique qu’un premier projet a été déposé en février 2014 auprès du ministère des Pêches et des Océans.
La Municipalité des Îles a signifié son appui en décembre.
La prochaine étape sera la constitution d’un organisme en bonne et due forme, explique-t-elle :

Enthousiastes, les porte-paroles du projet sont tout-de-même conscients du défi que représente la restauration d’un édifice aussi isolé, par exemple en matière de transport des matériaux.
Désirant avant tout assurer la pérennité du phare de l’Île Brion en toute discrétion, le groupe doit toutefois attendre l’aval du gouvernement avant de procéder.
Leur projet d’acquisition est le seul en lice à ce jour.
 

2015-01-27

Régions : Québec ouvre la porte au dialogue

Québec acquiesce finalement à la demande de la coalition Touche pas à mes régions! d’être entendue dans le cadre des auditions sur le projet de loi 28, visant le retour à l’équilibre budgétaire.
C’est ce dernier projet de loi qui vient confirmer, entre autres choses, l’abolition des Conférences régionales des élus et le transfert des Centres local de développement aux municipalités.
Le maire des Îles, Jonathan Lapierre, explique que les élus des régions, plus durement touchées par ces décisions que les centres urbains, souhaitaient porter la voix de leurs concitoyens à l’Assemblée Nationale :

Maintenant que la porte est ouverte au dialogue, la Coalition Touche pas à mes régions! enverra ses représentants, incluant le maire Lapierre, pour présenter son mémoire lors des auditions du 5 février prochain :

Rappelons qu’une centaine de personnalités publiques ont signé une lettre ouverte, la semaine dernière, en appui aux demandes de la Coalition.
Non seulement souhaitent-ils que les régions soient entendues, ils exigent qu’une réflexion sérieuse soit entamée pour convenir d’une vision du développement durable des régions du Québec.

2015-01-27

Patrimoine : une chasse aux canottes...

La Société québécoise d’ethnologie est venue à la rencontre de la population des Îles, la semaine dernière, dans le cadre d’une étude sur la pratique du canotage sur glace dans l’archipel.
Son chargé de recherche, Mathieu Allard, explique que l’utilisation et la fabrication d’un canotte pour la chasse aux loups-marins est unique en son genre :

Il en va de même, affirme le consultant en patrimoine, de l’expertise madelinienne en matière de construction de ces canots :

Mathieu Allard fait valoir que, les outils de chasse modernes ayant rendu l’utilisation du canot désuète, il importe aujourd’hui d’en préserver la mémoire grâce aux témoignages de gens qui ont utilisé cette embarcation.
Réalisée dans les régions côtières et insulaires du Québec, l’étude vise à documenter la pratique du canotage sur glace et, ultérieurement, à créer une exposition sur le sujet :

Soulignons qu’à l’hiver 2014, la pratique de cette activité sur le fleuve Saint-Laurent a été désignée comme élément du patrimoine immatériel québécois.
 

2015-01-26

Hausse du prix de l'essence

Après avoir baissé continuellement depuis le mois de septembre, le prix de l’essence à la pompe s’est mis à remonter la semaine dernière.
À la Station Jeannot Miousse de Fatima, il est successivement passé d’un dollar quatre le litre à un dollar six, puis à un dollar huit.
M. Miousse précise que le prix peut changer à chacune de ses livraisons d’essence, sans pour autant qu’il ne sache pourquoi :

Du côté de Havre-aux-Maisons et de Havre-Aubert, le prix de l’essence a progressé que de deux à trois cents le litre la semaine dernière.
Au Garage Central il est passé d’un dollar quatre à un dollars six, alors qu’au Garage R Bourgeois, il a progressé d’un dollar trois à un dollar six.
Le prix à la pompe avait atteint un sommet à un dollar 56 le litre d’essence ordinaire, l’automne dernier, dans l’archipel.

2015-01-26

De grands projets pour RéutÎles

RéutÎles reçoit 25 mille dollars de la Municipalité des Îles, via son Pacte rural.
Le conseil municipal en a fait l’annonce lors de son assemblée publique, la semaine dernière.
La directrice par intérim de l’organisme, Léona Renaud, explique que la somme octroyée aidera à compléter le montage financier du plan d’affaires visant à acheter le bâtiment dans lequel on opère actuellement :

Entre temps, RéutÎles offrira pour la troisième fois un programme pour les travailleurs âgés de 55 ans et plus.
Il consiste en une série d’ateliers, de plateaux de travail et de stages en entreprise afin de soutenir cette catégorie de travailleurs dans ses démarches d’emploi.
De plus, les différentes activités de formation permettront de développer certaines compétences de base :

Offert pour la première fois en 2012, Léona Renaud rappelle que le programme a connu de bons résultats par le passé.
Elle en veut pour preuve le fait que le dernier groupe de participants a connu un taux de placement de 100 pour cent, trois mois seulement après la fin du programme.
Précisons qu’une séance d’information est prévue jeudi matin, au centre local d’emploi.
Mme Renaud invite les personnes intéressées à vérifier leur éligibilité auprès de l’une ou l’autre des deux organisations.
 

2015-01-26

Affichage 1 - 8 de 6 076 résultats.
Articles par la page
Page de 760